La bibliothèque est ouverte !

***

Pour l’instant…

nous pouvons à nouveau accueillir

le public à la bibliothèque.

Les animations et ateliers,
les accueils de groupes sont toujours déconseillés.
Deux postes informatiques sont à nouveau disponibles
pour les démarches administratives et l’accès aux messageries.
Il est conseillé de réserver.

Les horaires adaptés restent en vigueur

jusqu’à nouvel ordre.

Le Biblio-Service continue,

pour celles et ceux qui le souhaitent,

mais le retrait des réservations se fera désormais

aux jours et heures d’ouverture,

sans rendez-vous.

Prenez soin de vous.

***

30 octobre 2020 at 10:45 Laisser un commentaire

Le Café-Lecture confiné

Irina nous parle de

Saturne

de Sarah Chiche

éditions du Seuil

 

 

C’est l’histoire d’une famille devenue célèbre dans le domaine médical. Chassée d’Espagne au 15e siècle, elle s’installe en Algérie.

Joseph, célèbre médecin, crée une grande clinique privée pour riches et pauvres en Algérie. Lui, et son épouse Louise ont deux garçons. A la suite de la guerre d’Algérie, déraciné, installé en France après avoir tout perdu, Joseph parvient à remonter toute une chaîne des cliniques privées et modernes, les premières de France. L’argent coule à flots dans la famille.

Pourtant, le fils cadet Harry ne veut pas s’inscrire dans cette fameuse lignée de médecins. Artiste dans l’âme, il aime les livres, l’astronomie et désire devenir psychiatre. Les rapports avec sa famille sont à nouveau compromis après son mariage secret avec une jeune femme à la fois fantasque, menteuses à souhait, attachante et sublime dans sa beauté, mais qui ne peut pas faire partie de la « famille ». Harry meurt peu de temps après son mariage et laisse une petite fille de 15 mois.

Cette saga familiale est racontée par la fille d’Harry avec une telle fougue, une telle sincérité et une honnêteté extrême, qu’elle ne laisse pas indifférent. Elle, qui n’a aucun souvenir de son père, cherche éperdument à trouver une preuve de son amour pour elle. Le deuil qu’elle n’arrive pas à faire de son père, de ses grands-parents, des souvenirs du passé familial vont la faire tomber dans un abysse psychologique insupportable, qui manque de peu à l’amener à la mort, elle aussi…

L’histoire des multiples deuils, souffrances et regrets du personnage se dévoile, bouleversante, pour nous concerner tous, puisque c’est surtout l’histoire du grand amour que nous portons aux personnes qui nous sont les plus proches.

Un roman autobiographique, plein de réminiscences, poignant et intimiste, dont le noyau fait surgir nos propres deuils, la souffrance inconsolable et les souvenirs de nos aimés perdus à jamais, « de ce qui, en eux, fut beau, fut digne, fut courageux, et grand. »

***

16 janvier 2021 at 10:44 Laisser un commentaire

Les secrets de familles…

… et les familles à secrets

font depuis longtemps

de bons sujets de romans,

et sont un thème inépuisable

pour les écrivains.

Une nouvelle sélection est à découvrir

sur le portail de la bibliothèque

(clic-clic ci-dessous)

SECRETS DE FAMILLES…

 

Et n’oubliez pas : pour réserver en ligne,

pensez d’abord à vous connecter à votre compte !

Connexion au compte personnel

Bonnes découvertes !

***

14 janvier 2021 at 17:30 Laisser un commentaire

Le Café-Lecture confiné

Pierre nous parle aujourd’hui de

Les Evasions particulières

Véronique Olmi

éditions Albin Michel

 

Avec « Bakhita », Véronique Olmi nous avait dépeint le destin extraordinaire d’une esclave devenue sainte. Dans « Les Evasions particulières », l’auteure raconte le destin de trois sœurs, Sabine, Hélène et Mariette, la plus jeune, atteinte d’asthme, et que ses sœurs surnomment la Souris.

Le roman se déroule en plein dans « les années Giscard », de 1970 au 11 mai 1981. Les trois sœurs sont issues d’une famille catholique modeste et passent leur enfance dans un HLM d’Aix en Provence. Si, à priori, les destins dont s’empare Véronique Olmi, semblent moins exceptionnels que celui de Bakhita, il n’en demeure pas moins que son talent de conteuse, d’analyse, l’est tout autant. Les sentiments sont ici décrits avec une acuité, une précision, une justesse, qui force le respect.

Hélène est partagée entre deux mondes. Celui d’Aix en Provence, avec ses parents, et celui où évoluent son oncle et sa tante richissimes de Neuilly avec qui elle passe toutes les vacances scolaires. David, son oncle, verse même chaque mois de l’argent à son frère d’Aix pour l’aider à rembourser ses dettes… Un peu comme s’il versait une pension pour la garde de sa nièce… Les enfants grandissent, les deux aînées « montent » à Paris. Hélène, loge dans un studio payé par son oncle. Elle se prend de passion pour la cause animale, devient végétarienne militante. Sabine habite en colocation, épouse la carrière d’actrice dont elle a toujours rêvé. Elle se laissera tripoter par un metteur en scène, enchaînera les castings, connaîtra un modeste succès avec une pièce jouée dans les salons d’HLM de banlieue.

Mariette, la souris, demeurée seul enfant dans l’HLM d’Aix, vit difficilement le départ de ses sœurs. Elle cherche le silence qui n’existe pas, fréquente à quatorze ans un disquaire majeur. Le couple parental quant à lui, déstabilisé par leurs filles qui grandissent sans devenir ce qu’ils avaient espéré pour elles finira par se disloquer à force de non dits et de mensonges.

Le roman est traversé par la décennie. Plus qu’une toile de fond, elle est un personnage à part entière qui interagit avec les autres personnages du roman. Les luttes des femmes pour leur émancipation, les grandes réformes giscardiennes, la bataille pour le droit à l’IVG, l’attentat de la rue Copernic… Pour s’achever dans un final éblouissant le soir du 11 mai 1980. Un final très choral où beaucoup de nœuds se dénouent enfin.

***

11 janvier 2021 at 17:26 Laisser un commentaire

Le Café-Lecture confiné

Irina nous parle aujourd’hui de

Sale bourge

Nicolas Rodier

éditions Flammarion

 

 

Pierre, élevé à Versailles, est le fils aîné d’une famille nombreuse bourgeoise, porteuse des tares d’une société qui se croit au-dessus des autres : « Il y a un tel écart entre nos principes et nos comportements ».

Il grandit dans ce milieu d’un snobisme viscéral, d’un manque d’empathie élémentaire vis-à-vis de ses propres enfants, d’une absence de chaleur humaine et d’amour familial, victime du cercle social, écrasé par les qu’en dira-t-on et le désir de  réussite des parents pour leurs enfants, coûte que coûte.

Parfois rudoyé physiquement et mentalement avec cruauté par sa mère, par le manque d’attention paternelle, par son milieu social, Pierre va reproduire le même schéma dans sa vie d’adulte. Après avoir enfin trouvé l’amour, il va agresser violemment sa jeune épouse sans aucun raison valable…

D’un style limpide et concis, ce premier roman de Nicolas Rodier est écrit en un souffle, ce qui rend l’histoire prenante. Il permet d’extérioriser toutes les blessures d’une âme exacerbée et d’une si grande sensibilité qui, dans sa détresse, peut nuire à ceux qu’elle aime.

***

 

7 janvier 2021 at 17:12 Laisser un commentaire

Le Café-Lecture confiné, version 2021

Le Café-Lecture confiné continue, pour l’instant, puisque l’heure est toujours à la prudence…

Irina a lu et nous parle de science-fiction

Becky Chambers

« Apprendre si par bonheur »

éditions L’Atalante

 

 

An 2162. Des astronautes sont envoyés en mission Lawki 6 – un vaste programme d’étude écologique des exoplanètes qui abritent la vie ou sont susceptibles de l’abriter. Leur mission porte sur les quatre planètes habitables : Aecor-une lune glacée, et les planètes terrestres Mirabilis, Opéra et Votum.

Ils voyagent sur un vaisseau du GAO (organisation de recherches cosmiques), qui reprend les programmes des expéditions dans l’espace après un arrêt de plusieurs décennies, et dont le code de valeurs éthiques est strictement respecté. Les distances entre les planètes sont parcourues en état de somaformation des astronautes. Ils doivent rentrer sur la Terre après 80 années terrestres d’explorations spatiales.

L’équipage est composé de quatre astronautes : deux femmes et deux hommes aux sensibilités très différentes. Rigoureux et disciplinés, chacun est un spécialiste hautement qualifié dans son domaine, tout en étant polyvalent.

Pendant leur voyage, la planète Terre est de plus en plus dévastée pas les activités humaines, le collapse climatique, les guerres et la très mauvaise gestion politique du globe terrestre…

Les dialogues des membres de l’équipage sont naturels, presque légers, parfois drôles, ce qui contraste avec le contenu technique et scientifique très étoffé du roman. La documentation et les recherches professionnelles de l’auteur pour mettre en avant les grandes avancées technologiques dans le domaine de l’exploration spatiale sont impressionnantes.

Le travail du traducteur de l’anglais Marie Surgers est tout simplement remarquable.

C’est un roman pour tous ceux qui aiment regarder les étoiles, quand elles ne sont pas rendues invisibles par les lumières des villes.

 

***

4 janvier 2021 at 16:51 Laisser un commentaire

Bonne année 2021 !

Mais oui, à n’en pas douter,

2021 sera une…

 

Meilleure Année !

 

 

Que 2021 voit le retour de nos animations,

de nos échanges conviviaux,

et qu’après ces mois de disette culturelle,

elle soit riche en découvertes de toutes sortes.

Prenez soin de vous,

nous vous attendons!

***

1 janvier 2021 at 14:00 Laisser un commentaire

Le Café-Lecture confiné

Le Café-Lecture est parfois l’occasion pour ses participants de proposer des livres qu’ils ont lus mais qui ne proviennent pas de la bibliothèque. C’est ainsi que les bibliothécaires, comme les autres lecteurs, enrichissent leurs connaissances et font de jolies découvertes.

Ces œuvres sont ensuite soit achetées par la bibliothèque, soit demandées à la Bibliothèque Départementale, et peuvent ainsi conquérir d’autres lecteurs…

C’est le cas pour le titre suivant :

Pierre a lu et nous parle de

Haruki Murakami

« Le Meurtre du Commandeur »

éditions Belfond

 

Entrer dans un roman d’Haruki Murakami, c’est accepter de se laisser entraîner vers des contrées déroutantes ; c’est entamer un voyage dont on ignore où il va nous mener. « Le Meurtre du Commandeur », son dernier roman, ne déroge pas à la règle. « Le Meurtre du Commandeur », ce sont deux gros bouquins, « Une Idée apparaît » et « La Métaphore se déplace » de plus de cinq cent pages chacun, et donc la promesse d’un grand moment de lecture, dans le temps comme dans l’intensité.

Je n’ai pas été déçu. Comme toujours avec Murakami, la trame de l’histoire est assez simple. Les personnages, quoique s’interrogeant sur le sens de leur vie, ne sont pas particulièrement complexes, ni torturés. Le narrateur, un peintre portraitiste, est sous le choc quand sa femme lui annonce qu’elle veut divorcer. Il n’a rien vu venir et après quelques semaines d’errance il trouve à se loger dans la maison d’un peintre de génie, Tomohiko Amada un désormais vieil homme parti en maison de retraite. La maison est située en plein cœur des montagnes, loin de tout. Le narrateur découvre dans le grenier, un tableau caché, qui représente une scène violente, le meurtre d’un vieillard. Une scène qui rappelle Don Giovanni de Mozart, peinte selon les traditions ancestrales de la peinture japonaise. C’est une pièce unique que le maître Tomohiko Amada a décidé de ne jamais dévoiler au public. Ce tableau hante le narrateur, d’autant qu’un des personnages du tableau vient à lui, et converse avec lui dans un langage pour le moins décalé. Et c’est le génie de cet auteur, faire intervenir le surnaturel dans le quotidien de personnages rationnels, bien ancrés dans leur temps et leur vie. Dans le même temps, le narrateur reçoit une proposition pour effectuer le portrait d’un voisin de la montagne d’en face, Menshiki, qui lui propose une somme pharaonique pour son portrait. Une clochette retentit dans la nuit, une fosse est découverte non loin de la maison, la clochette retentit ensuite depuis l’atelier où le narrateur l’a entreposée, sans que personne ne semble l’avoir agitée… Le Commandeur qui surgit de temps en temps ne mesure pas plus de soixante centimètres, il ne s’est pas échappé de la toile, c’est une idée qui a choisi cette apparence. Les mystères s’enchaînent, à la limite du surnaturel, mais avec une logique implacable. Le monde réel croise des mondes parallèles. Certaines obsessions de l’auteur sont présentes. Le grand âge et la mort, non pas comme fin de vie mais plutôt comme le passage d’un état à un autre, ces mondes parallèles au nôtre, les passages que l’on peut parfois emprunter pour s’y rendre, la difficulté ensuite de s’en extraire. Dans le second livre, d’autres personnages du tableau apparaissent. Pour délivrer une petite fille disparue, le narrateur force l’homme au long visage (lui aussi issu du tableau) à le guider dans un monde souterrain assez effrayant. Une métaphore se déplace et il faut se méfier des doubles métaphores qui peuvent se révéler dangereuses…

Un roman où les pensées et leurs pouvoirs ont une place importante. Beaucoup de questions autour de l’art, de son importance et de sa place dans le monde sont abordées. La nature y est très présente également. La montagne, la pluie, une chouette… Un roman où pas une seule ligne est à enlever. Enthousiasmant !

***

28 décembre 2020 at 10:00 Laisser un commentaire

Joyeux Noël

Joyeux Noël

 

et

Bonnes Fêtes de fin d’année

à toutes et tous !

 

***

25 décembre 2020 at 07:30 Laisser un commentaire

Le calendrier de l’Avent 2020 des bibliothécaires, 24 décembre

Chaque jour jusqu’au 24 décembre,

un livre, un film ou un CD à découvrir,

choisi parmi les dernières acquisitions de la bibliothèque.

Aujourd’hui (dernier jour avant Noël 🙂 !):

Les bonnes résolutions de Père-Noël :

Lili la baleine

de François Morel

Editions Michel Lafon/France Inter

 

Le Père Noël était embêté, très embêté ! Comme tous les matins, il regardait par la fenêtre… Le soleil brillait, les vallons étaient verts… Mais pas un flocon de neige à l’horizon !
Alors, il sortit de son chalet et réunit ses rennes :  » Comète ! Cupidon ! Danseur ! Eclair ! Fringant ! Furie ! Tonnerre ! Tornade ! Approchez ! Je dois vous parler ! L’heure est grave… « 

A partir de 4 ans.

Cette histoire fait partie de la collection « Une histoire et… Oli« , créée par France-Inter. Des histoires pour les enfants de 4 à 7 ans, inventées et interprétées par des écrivains, journalistes ou artistes célèbres : Olivia Ruiz, Carole Martinez, Arthur H, Omar Sy…

Avant d’être éditées en livres, c’est une série de podcasts, à écouter sur le site de France-Inter, en suivant les liens ci-dessous :

Les bonnes résolutions du Père Noël

Toute la collection « Une histoire et… Oli »

Bien évidemment, les documents présentés sont empruntables

via le catalogue en ligne de la bibliothèque :

(CLIC-CLIC ici)

ou par téléphone au 02 54 27 32 76.

***

24 décembre 2020 at 10:30 Laisser un commentaire

Le calendrier de l’Avent 2020 des bibliothécaires, 23 décembre

Chaque jour jusqu’au 24 décembre,

un livre, un film ou un CD à découvrir,

choisi parmi les dernières acquisitions de la bibliothèque.

Aujourd’hui :

L’aventure

un CD de Oldelaf

Editions Verycords

 

Oldelaf possède ce talent de mettre en chanson de façon attrayante et sympathique des situations et des portraits de la vie quotidienne. Varié, mélodieux et joliment rythmé, l’album nous transporte dans des univers évocateurs qui parlent à tout un chacun avec finesse, légèreté, une pincée de dérision et d’humour et une part de poésie. Les arrangements réjouissants associent folk et pop avec parcimonie. Il émane une tendresse et une douceur sympathiques de ce programme délicieux.

De la légèreté et du voyage, tout ce qu’il nous faut en ce moment 😉 !

Lien vers le site d’Oldelaf

D’autres albums d’Oldelaf sont disponibles à la BDI.

Vous pouvez les réserver directement sur

biblio36.fr

(une navette nous livre tous les 15 jours).

Et dans le même genre, à vous de découvrir les artistes

Boulevard des Airs

Volo

Aldebert (qui produit de chouettes albums pour les enfants)

 

Bien évidemment, les documents présentés sont empruntables

via le catalogue en ligne de la bibliothèque :

(CLIC-CLIC ici)

ou par téléphone au 02 54 27 32 76.

***

23 décembre 2020 at 10:30 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrez votre adresse mail pour suivre l'actualité de ce blog

Catégories

Archives


%d blogueurs aiment cette page :