Quand les lecteurs nous font découvrir des livres…

28 mars 2013 at 13:36 Laisser un commentaire

Suite au dernier Café-Lecture, un des participants souhaite nous faire part d’une de ses lectures :

On a retrouvé l’histoire de France :

Comment l’archéologie raconte notre passé

de Jean-Paul Demoule

Editions Robert Laffont, 2012

onaretrouvél'histoiredefrance

Voici son commentaire sur cet essai :

« Au cours du dernier café-lecture réuni à la bibliothèque, j’avais dit mon goût pour les biographies, mais je souhaiterais prolonger mon propos pour exprimer mon grand intérêt également  pour les livres classés dans les documentaires, tels par exemple les essais.

Aussi, puis-je me permettre de profiter de ce blog pour parler très brièvement du livre de Jean-Paul Demoule « On a retrouvé l’histoire de France » paru aux éditions Bernard Laffont (20,30€) ?

Jean-Paul Demoule est archéologue et professeur à l’université de Paris I et a été président de l’Institut national de recherches archéologiques préventives, organisme souvent décrié en raison du retard que celui-ci ferait prendre lors de la réalisation de chantiers susceptibles de détruire en cette occasion des trésors archéologiques.

Ainsi qu’il est écrit dans la quatrième de couverture, l’auteur revisite siècles et millénaires et nous amène à la rencontre de l’Homo erectus, il y a plus de 1.6 millions d’années et l’on y croise aussi ces « colons du Moyen-Orient » qui ont apporté sur notre sol l’agriculture et l’élevage il y a plus de sept mille huit cents ans…

Ce qui m’a particulièrement interpellé et plu dans ce livre, c’est la dénonciation de faits qui ne sont que des mythes, nous dit l’auteur, et qui ont sans cesse été entretenus par-delà les siècles, tels Vercingétorix et la Gaule et les Gaulois, du moins les Gaulois en tant que nos « ancêtres » et l’on apprend que ceci est dû à deux déformations historiques successives, celle de César, puis celle du XIXème siècle.

La Gaule, affirme Jean-Paul Demoule, n’a jamais existé et il nous enseigne, ou nous rappelle, c’est selon, que César le dit lui-même dès la première phrase de son livre: « Toute la Gaule est divisée en trois parties dont l’une est habitée par les Belges, l’autre par les Aquitains, la troisième par ceux qui dans leur langue se nomment Celtes et dans la nôtre Gaulois. Ils diffèrent tous entre eux par le langage, les institutions et les lois ».

Autrement dit, pour Jean-Paul Demoule qui connaît bien évidemment son sujet, la Gaule n’est qu’un espace géographique lui-même habité par des peuples très différents dont certains sont appelés « Gaulois », par les Romains…

Il nous est aussi rappelé que c’est au XIXème siècle, dans le sillage de la Révolution française et du Romantisme, que se sont construites les identités nationales.

Auparavant, nous dit-il, il n’y avait pas de nations, mais seulement des sujets de souverains de droit divin qui agrandissaient leurs royaumes au gré des guerres ou des mariages, ou les voyaient se rétrécir …!

Désormais nous fait remarquer l’auteur, les nations sont des communautés de citoyens animés par un même destin.

Pour celui-ci, au moment où l’histoire devient mondiale, nous sommes en définitive des citoyens du monde, ce qui définit chacune et chacun d’entre nous parmi les humains, comme les mots qu’il cite de Jean-Paul Sartre : « Un homme, fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n’importe qui ».

Large débat, bien entendu et plus que jamais, en notre époque où resurgissent nombre  d’interrogations, notamment celles liées à la notion d’ « Identité française ».

Jean Paul Demoule affirme également avec justesse, que nous avons besoin de savoir pourquoi nous vivons ensemble, et de connaître les impasses qui ont conduit à la catastrophe certaines des sociétés passées.

On ne peut être, je crois, que d’accord avec lui et comprendre pour ces raisons le grand intérêt de l’étude de l’histoire, laquelle nous permet de savoir et de comprendre tout à la fois notre passé et notre présent, qui conduira aussi à l’avenir de ceux qui naîtront.

La lecture de ce livre qui  parle avec foi et passion de l’archéologie fut pour moi un grand moment empli d’intérêt et d’apprentissage en raison du silence, en mon jeune temps, de l’Education nationale fort peu disserte dans l’enseignement de la Préhistoire, hélas ! »

  François HUMMEL

Cet ouvrage pouvant intéresser d’autres usagers de la bibliothèque, il a donc été mis en commande.

Publicités

Entry filed under: Coups de coeur des lecteurs. Tags: , .

Quand les albums sont racontés par les collégiens…, 3ème partie Le printemps est entré à la bibliothèque

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Entrez votre adresse mail pour suivre l'actualité de ce blog

Mises à jour Twitter

Catégories

Archives


%d blogueurs aiment cette page :