Le Café-Lecture de mai

10 mai 2014 at 15:50 2 commentaires

Une quinzaine de personnes étaient présentes

pour ce Café-Lecture du printemps.

Café-Lecture Déols Mai 2014

Lors de cette séance, nous avons procédé au vote pour le prix Escapages+.

18 personnes étaient inscrites, et à ce jour, presque tout le monde a voté ! Nous pouvons donc dévoiler le résultat du scrutin (pour notre groupe uniquement, les résultats départementaux seront dévoilés fin mai).

Parmi les quatre romans en lice :

Jean-Philippe Blondel : 06h41 (Buchet-Chastel)

Antoine Laurain : Le chapeau de Mitterrand (Flammarion)

Julie Otsuka : Certaines n’avaient jamais vu la mer (Phébus)

Chris Womersley : Les affligés (Albin Michel)

Le gagnant, pour l’instant largement en tête, est

Antoine Laurain, pour Le chapeau de Mitterrand

chapeaudemitterrand

Nous vous donnerons les résultats définitifs dans la semaine, dès que nous aurons récupéré les quelques bulletins restants.

*******

Puis le reste de la séance a été consacré aux livres qui ont été lus et appréciés depuis la dernière fois :

Immortelle randonnée, de Jean-Christophe Ruffin. Ce témoignage continue de circuler parmi les lecteurs, nourri à chaque fois des avis positifs des uns et des autres. Et puis, nous avons la chance d’avoir parmi nous un marcheur de Compostelle, qui nous apporte son lot d’expériences et d’anecdotes !

– A découvert et A quelques secondes près, d’Harlan Coben. Deux romans policiers qui se suivent, mettant en scène un adolescent à l’enfance encore pleine de zones d’ombres. Une série policière un peu plus orientée « jeunesse » que les autres romans  d’Harlan Cobende par son héros, mais très intéressante cependant.

En finir avec Eddy Bellegueule, d’Edouard Louis. Présenté la dernière fois, ce roman a plu, mais sa lecture peut être éprouvante de par son thème et la violence racontée. Certaines lectures ne sont pas confortables, mais peut être nécessaires…

Petites fêlures et Dernières fêlures, de Claude Bourgeix : présentés la dernière fois, parmi d’anciens « coups de cœur », ces recueils de nouvelles ont été appréciés par la lectrice qui les avait empruntés.

*****

Café-Lecture2 Déols mai 2014

Des nouveautés ont ensuite été présentées par les bibliothécaires  (plus de détails dans la liste en format pdf à la fin de cet article) :

De père légalement inconnu, de Françoise Cloarec (Phebus) ❤ ❤

Un homme, ça ne pleure pas, de Faïza Guène (Fayard) ❤

Réparer les vivants, de Maylis de Kerangal (Verticales) ❤ ❤

Le reste de sa vie, d’Isabelle Marrier (Flammarion) ❤

Les douze tribus d’Hattie, d’Ayana Mathis (Gallmeister) ❤ ❤

Le collier rouge, de Jean-Christophe Rufin (Gallimard) ❤ ❤ ❤

Vieux, râleur et suicidaire, la vie selon Ove, de Fredrik Backman (Presses de la cité)

Les pétillantes, de Didier Fourmy (Hugo)

Dans la loge de l’ange gardien, de Pierre Lunère (Fleuve)

Un été avec Kim Novak, d’Hakan Nesser (Seuil)

Etienne regrette, d’Antoine Sénanque (Grasset)

Les thermes du Paradis, d’Akli Tadjer (Lattès)

– Maladie d’amour, de Nathalie Rheims (Léo Scheer)

Nouveautés et Coups de coeurs Romans mai 2014 Déols

Quelques bandes dessinées :

Come prima, d’Alfred, primée à Angoulême, le road movie en forme de rédemption de deux frères, dans l’Italie des années 60.

Mauvais genre, de Chloé Cruchaudet, d’après la vie de Louise Landy et de Paul Grappe, dans le Paris des années folles.

Le bleu est une couleur chaude, de Julie Maroh, adaptée au cinéma sous le titre « La vie d’Adèle »

Charly 9, de Richard Guérineau, d’après le roman de Jean Teulé : l’histoire du roi Charles IX, qui ordonna le massacre de la Saint-Barthélémy. Une histoire sanglante et un peu « trash », à la façon de Jean Teulé, qui évoque également le film « La Reine Margot » de Patrice Chéreau : sanglant, violent, outrancié.

Une lectrice évoque alors un autre écrit de Jean Teulé, qui l’a marquée : Darling.  (Petit résumé : « Elle voulait qu’on l’appelle Darling. Elle y tenait ! Pour oublier les coups reçus depuis l’enfance, les rebuffades et les insultes, pour effacer les cicatrices et atténuer la morsure des cauchemars qui la hantent. Elle voulait que les autres entendent, au moins une fois dans leur existence, la voix de toutes les darling du monde. Elle a rencontré Jean Teulé. Il a écouté et lui a écrit ce roman. Un livre inique. Dérrière l’impitoyable lucidité de son humour, Jean Teulé célèbre le flamboyant courage de celles qui refusent de continuer à subir en silence la cruauté imbécile de la vie et des autres. « )

(ce livre a été réservé auprès de la BDI, afin de le proposer au groupe au mois de juin).

*******

Prochain Café-Lecture :

Samedi 21 Juin 2014, à 10h00

Laissez-vous tenter, l’entrée est libre !

*******

Toute la liste des novueautés présentées

lors du Café-Lecture du 10 mai 2014

Liste Café-Lecture mai 2014

 

Publicités

Entry filed under: Café-Lecture. Tags: , , , , .

La bibliothèque en mai Des livres à écouter

2 commentaires Add your own

  • 1. François HUMMEL  |  11 mai 2014 à 18:35

    Je ne serai malheureusement et hélas pas présent à ce prochain café-lecture car à cette date, je pérégrinerai sur le chemin de Compostelle, depuis Lisbonne et pour paraphraser Jean-Christophe Rufin, dont il vient d’être évoqué le livre: je connaitrai alors les joies de la fraternité et ce n’est pas moi qui aura pris le chemin, mais le chemin qui m’aura pris, comme il prend tous ceux qui ont commencé à s’y aventurer.

    Et pour reprendre un autre de ses avis:  » Le Chemin est l’objet
    sinon d’un culte, du moins d’une passion que partagent nombre de ceux qui l’ont qui l’ont parcouru; c’est un réseau, une confrérie, une internationale et ce n’est pas une punition [que l’on se fait] mais une épreuve volontaire ».

    Et conclusion on ne peut plus cruelle de celui-ci:  » Arriver à Santiago, ce n’est pas rejoindre les temps antiques, mais revenir brutalement et définitivement au présent », alors que le pèlerin en marchant s’est senti d’après lui, au comble de son humilité et au faîte de sa puissance…

    Peut-être le café-lecture de rentrée me permettra-t-il de faire partager les parfois curieux sentiments qui animent le pèlerin dans sa marche au long cours, laquelle lui permet de rompre avec ses habitudes et ce sera avec l’humilité de celui qui aura mis ses faiblesses à l’épreuve, que je le ferais, si l’on accepte de m’en faire ce plaisir…

    Réponse
    • 2. biblideols  |  13 mai 2014 à 09:42

      Merci pour ce commentaire très littéraire et de circonstance ! Bonne route !

      Réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Entrez votre adresse mail pour suivre l'actualité de ce blog

Catégories

Archives


%d blogueurs aiment cette page :