Posts tagged ‘Roman policier’

Des nouveautés parmi les romans…

Merci aux collègues de la Bibliothèque Départementale de l’Indre

qui ont accepté notre passage éclair dans leurs locaux 🙂

Nous en avons rapporté

une trentaine de romans…

et même quelques DVD !

 

nouveautes0721 (2)

Des nouveautés à découvrir dès à présent

sur les présentoirs.

Romans et documentaires…

 

nouveautes0721 (8)nouveautes0721 (1)nouveautes0721 (7)

Romans policiers et thrillers…

 

nouveautes0721 (4)nouveautes0721 (3)

Romans de terroir…

 

nouveautes0721 (6)nouveautes0721 (5)

Vous pouvez retrouver l’ensemble des nouveautés

sur notre catalogue en ligne,

en cliquant sur l’onglet

« NOUVEAUTES »

***

 

15 juillet 2021 at 18:55 Laisser un commentaire

Encore un polar au Café-Lecture confiné…

Nathalie continue d’écumer pour nous les romans policiers !

Elle a lu

City of Windows

de Robert Pobi

Éditions du Seuil

 

cityofwindows

Alors que New York est paralysé par la tempête de neige la plus épouvantable de son histoire, un agent du FBI est tué au volant de sa voiture par un sniper réalisant un coup quasi impossible. Incapable de comprendre d’où le tir est parti et pressé par la tempête qui efface les preuves à grands pas, Brett Kehoe se tourne vers le seul homme à même de lui venir en aide : l’ancien agent Lucas Page. Son talent surnaturel pour la lecture des scènes de crime, de même que sa compréhension des angles et des trajectoires, font de lui la seule personne susceptible de faire ce dont la puissance informatique du Bureau n’est pas capable : trouver la planque du sniper…

Fan de Robert Pobi, je ne pouvais pas résister à ce nouveau personnage. Premier tome de sa nouvelle série d’enquêtes, « City of Windows » nous capte du début à la fin.

 L’agent Lucas Page est totalement atypique, aussi bien par son physique (très abimé), que par son syndrome d’Asperger. L’auteur nous fait découvrir les coulisses du FBI, avec ses demandes politiques (pour ne pas dire ses ordres), qui ne sont pas toujours les meilleures !

J’ai hâte de lire le suivant !

***

16 juin 2021 at 11:30 Laisser un commentaire

Le Café-Lecture confiné…

Nathalie a lu

L’art du meurtre

de  Chrystel Duchamp

Editions de l’Archipel

artmeurtre

En ce jour caniculaire de juillet, Audrey et son équipe sont appelés sur une scène de crime. Le corps de Franck Tardy, avocat à la retraite, est retrouvé dans son luxueux appartement du XVIe arrondissement. Son corps a été torturé, mutilé, partiellement écorché, puis mis en scène sur une table dressée pour un banquet. Pour compléter cette vanité, un crâne humain lui fait face : celui de sa défunte épouse, dont la tombe a été profanée quelques jours auparavant…

Un polar très intéressant, qui fait découvrir le monde de l’art à travers son enquête. Bien sûr, ce sont les « oeuvres » les  plus sanglantes qui sont présentées !

D’une écriture précise et concise, ce livre se lit d’une seule traite (cerise sur le gâteau : le dernier paragraphe !!!).

Une auteure à suivre de près, dont vous pourrez apprécier aussi un autre titre : « le sang des Belasko »

***

5 juin 2021 at 10:50 1 commentaire

Un roman policier au Café-Lecture Confiné…

Nathalie a lu

Le flambeur de la Caspienne

de Jean-Christophe Rufin

Editions Flammarion

le-flambeur-rufin

Habitué aux destinations calamiteuses, Aurel Timescu, le petit Consul, est pour une fois affecté dans un lieu enchanteur. Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan ex-soviétique, est une ville pleine de charme au climat doux, au luxe élégant. A la terrasse de cafés d’allure parisienne, on y déguste un petit blanc local très savoureux.
L’ambassade : un cauchemar…
Le chef de poste, autoritaire et brutal, est bien décidé à se débarrasser d’Aurel. Le fantôme de sa femme, récemment victime d’un tragique et mystérieux accident, plane au-dessus de l’ambassade. Et l’équipe diplomatique, tétanisée par le deuil, est livrée à la crainte et au soupçon. Il n’en faut pas plus pour qu’Aurel se lance dans une enquête plus folle que jamais…

Un nouveau récit des aventures d’Aurel Timescu, personnage extraordinaire créé par l’excellent Jean-Christophe Rufin, petit consul célèbre pour son goût très modéré pour le travail et sa manie de se mêler uniquement de ce qui ne le regarde pas !

Cette troisième aventure est plus amère que les précédentes, mais toujours aussi bien écrite, avec un humour simple et agréable. C’est une série faite pour se détendre. On voyage tranquillement, en suivant les enquêtes d’Aurel, un verre de vin blanc à la main (hum… à consommer avec modération 🙂 !)

On se prend d’affection pour ce petit homme si particulier et attachant : c’est simple, je ne m’en lasse pas !

***

25 mai 2021 at 11:00 Laisser un commentaire

Le Café-Lecture confiné commente un roman noir…

Tous les lecteurs ont leurs auteurs préférés.

Il est donc normal que Pierre commente le dernier roman de

Arnaldur Indridasson

La Pierre du remords

Editions Métaillé

« La Pierre du remords », d’Arnaldur Indridasson met en scène Konrad, policier à la retraite, veuf et désabusé. Il est contacté par une femme âgée, Valborg, qui lui demande son aide pour retrouver l’enfant qu’elle a abandonné quarante-sept ans plutôt. Elle ne sait pas s’il s’agit d’une fille ou d’un garçon et refuse de raconter les circonstances, le pourquoi de cet abandon. Intrigué par cette femme, Konrad refuse cependant de l’aider. Quand il apprend que Valborg vient d’être assassinée chez elle, étouffée dans un sac plastique, il le regrette amèrement et décide de tout faire pour retrouver l’enfant, estimant qu’il lui doit bien ça.

Comme toujours avec Indridasson, l’Islande est un personnage à part entière, la ville de Reykjavik en pleine mutation aussi. Konrad mène de front deux enquêtes. Celle pour retrouver l’assassin de Valborg et l’enfant abandonné, celle pour comprendre les circonstances et les raisons de l’assassinat de son propre père, survenu bien avant que Konrad rentre dans la police. Il tâtonne, hésite, avance à petits pas dans l’une comme dans l’autre.

Au passage il met à jour de sombres histoires. Son père était un salaud qui arnaquait de pauvres femmes riches avec le père d’Eyglo, avec laquelle Konrad cherche à percer les façons de procéder des deux compères. La condition des femmes tient une place importante dans le roman. Le remords aussi. On découvre au fil des pages la vie de souffrance de Valborg, les blessures jamais refermées.

Les cent dernières pages du livre sont un véritable chef d’œuvre. L’énigme, les énigmes plutôt, deviennent haletantes. La fin met en lumière tout le drame humain, la détresse, le remords encore et toujours…

***

28 avril 2021 at 14:00 Laisser un commentaire

A la Une : Impact, le dernier polar d’Olivier Norek

Le dernier roman

d’Olivier Norek

nous est vivement recommandé par Nathalie !

(merci à elle pour son retour de lecture !)

 

Retrouvez d’autres romans

d’Olivier Norek

en faisant une recherche par auteur sur

notre catalogue en ligne !

***

25 mars 2021 at 15:30 Laisser un commentaire

Le retour d’un héros populaire : Arsène Lupin

Depuis le début de l’année 2021,

c’est l’effervescence autour du héros créé par

Maurice Leblanc

en 1905 pour le magazine Je Sais tout :

Arsène Lupin.

 

La série télévisée diffusée actuellement sur Netflix

n’est pas une adaptation de l’œuvre de Maurice Leblanc,

mais s’inspire de son univers.

 

Depuis, c’est la ruée vers les romans d’Arsène Lupin !

A la bibliothèque, nous n’en possédons pas beaucoup, hélas…

Mais vous pouvez trouver votre bonheur

sur la plateforme de lecture en ligne

BiblioVox

proposée parmi les ressources numériques du portail

biblio36.fr

Nous vous rappelons que

l’inscription est gratuite pour nos adhérents.

Tout est expliqué ICI

Plusieurs romans de la série Arsène Lupin

sont disponibles sur BiblioVox

Vous pouvez les lire à partir d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un téléphone portable.

 

Et bien sûr, il y a des milliers d’autres livres à découvrir sur BiblioVox !

Bonne lecture !

***

21 février 2021 at 10:26 Laisser un commentaire

Des lectures-surprises… noires !

Nous sommes toujours privés de Café-Lecture,

et ces romans auraient dû en faire partie…

Alors nous tentons… du plus ludique !

Le concept est simple

Des romans bien emballés,

(dans du papier journal, récup oblige,

même si cela a fait débat chez les bibliothécaires 😀 !)

dont vous ne verrez que…

la première page du premier chapitre !

Vous laisserez-vous tenter

par une « noire » lecture ?

 

Venez les découvrir à la bibliothèque !

 

Si vous préférez réserver en ligne,

en l’absence de titre et d’auteur (hé hé 🙂 !)

envoyez-nous un mail à :

mediatheque@ville-deols.fr

ou téléphonez-nous, en précisant le numéro du livre (inscrit en vert).

(en cliquant sur la mosaïque, vous pourrez agrandir les photos)

 

Bonne lecture !

***

29 janvier 2021 at 08:06 Laisser un commentaire

Le Café-lecture confiné

Un peu de suspense aujourd’hui, avec Pierre, qui nous parle de

La Belle-mère

Sally Hepworth

Editions L’Archipel

 

 

Déjà beaucoup est dit dans le titre. Ce n’est ni « Ma belle-mère », ni « Belle-mère », mais bien « La Belle-mère ce qui définit assez bien la figure du personnage éponyme.

Dire que la belle-mère meurt n’est pas dévoiler l’intrigue puisqu’on l’apprend dès les premières pages. Un couple de policiers se rend chez Lucy et Ollie. La nouvelle tombe, Diana la mère d’Ollie, est décédée. Elle a laissé une lettre, dans un tiroir, il semblerait qu’il s’agisse d’un suicide. Un suicide oui, mais… Bizarre de laisser une lettre dans un tiroir et non pas en évidence. D’autres éléments s’accumulent, des petits détails qui laissent à penser autre chose. Diana avait changé son testament quelques semaines avant de mourir. Elle était soignée pour un cancer mais nulle trace de son dossier dans aucun hôpital de la ville, ni chez son docteur… Tout le monde finira par être soupçonné. Lucy, dont les disputes récurrentes avec sa belle-mère sont connues de tous, mais aussi Ollie, Nettie la fille de Diana et son mari Patrick, un intrigant peu reluisant.

Le récit est écrit à deux voix. Celles de Diana et de Lucy. De petits chapitres très courts se succèdent, entre présent et passé. Présent où l’on découvre les avancées de l’enquête, où l’on voit les différents protagonistes plonger dans les doutes, les mesquineries, les trahisons parfois. Passé où l’on découvre cette famille, les parents fortunés, les déconvenues professionnelles d’Ollie, les relations tendues entre les enfants et leur mère, la générosité de Diana pour les réfugiés dont elle s’occupe au sein d’une association qu’elle a elle-même créée, sa pingrerie vis-à-vis de ses enfants. Une angoisse subtile monte au fur à mesure des pages. Tout est remis en question, même le caractère intransigeant, dur, froid, égoïste de la belle-mère. La ténacité des policiers aura raison de la thèse du suicide. Diana a été assassinée, c’est une certitude. Mais qui, dans cette famille bourgeoise au-dessus de tout soupçon a commis cet acte ?

Un suspense d’une efficacité redoutable qui se lit très vite tant on a toujours envie d’en savoir plus…

Seul petit bémol, à mon goût. Deux narratrices, Diana et Lucy se succèdent tout du long du roman, dans des chapitres bien distincts. Mais l’écriture reste la même et ne permet pas de différencier les deux personnalités.

***

23 janvier 2021 at 11:00 Laisser un commentaire

Le Café-Lecture polar de Nathalie

Merci à nos sympathiques lectrices et lecteurs

pour leurs comptes-rendus de lecture !

Nathalie, grande fan de romans policiers et autres thrillers,

en présente deux aujourd’hui.

Le jour des cendres

de Christophe Grangé

éditions Albin Michel

 

Jean-Christophe Grangé confirme qu’il est bien de retour. J’ai retrouvé le plaisir de le lire avec cette même ferveur que j’ai eu à lire, relire et re-relire « Les Rivières pourpres » !

Le commandant Niemans est toujours aussi sombre, aussi rongé de l’intérieur, avec pour unique bouée sa collègue Ivana qui, malgré son passé sulfureux, garde toujours la tête hors de l’eau. Mais l’un et l’autre ont fait de la lutte contre le crime leur crédo. Ces deux personnages se complètent à merveille et nous emmènent sur les chemins de l’horreur sans fioriture ni maquillage, que du brut. Dans ce livre, Grangé explore l’eugénisme avec froideur et lucidité. Quand la religion est prétexte à la recherche sur la race suprême…

Nous sommes tenus en haleine tout le long du livre jusqu’à la dernière page : excellent !!!

L’invisible

de Robert Pobi

éditions Sonatine

 

Nous sommes pris en otage par ce livre. Il est tellement prenant, tellement riche en évènements et sentiments que l’on ne peut que le fermer à regret. Suspense garanti pour cette histoire de « famillicide ».

Mais le plus surprenant, c’est la fin et là, vous êtes complètement surpris. Ce livre m’a trompé de bout en bout et je n’ai rien vu venir !

On ne peut le lire qu’une fois vu sa fin, mais quel plaisir ! Un des meilleurs livres que j’ai lu…

Deux romans

à retrouver à la bibliothèque !

***

 

27 novembre 2020 at 11:06 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrez votre adresse mail pour suivre l'actualité de ce blog

Catégories

Archives


%d blogueurs aiment cette page :